top of page

"Ma visite à la galerie d'art La Cathedral de Tarragona a été une expérience artistique exceptionnelle qui m'a impressionné. Cette galerie est bien plus qu'un espace culturel, c'est un trésor artistique au cœur du monumental centre historique de Tarragona.
Ce qui m'a le plus impressionné, c'est l'engagement de la galerie en faveur de la diversité artistique. J'ai pu apprécier des œuvres d'artistes renommés et émergents, ce qui crée un dialogue intéressant entre l'art classique et l'art contemporain. L'accent mis sur les artistes en devenir est particulièrement louable, car il constitue une plateforme inestimable pour les talents émergents.
Le petit espace muséal au sein de la galerie est un véritable point fort. La sélection minutieuse des œuvres, l'éclairage spécial, la musique d'ambiance et les arômes associés à l'art créent une expérience sensorielle unique, et je me suis sentie profondément émue par la façon dont les œuvres étaient présentées.
Cette galerie sera sans aucun doute une destination incontournable pour tous les amateurs d'art et une contribution très précieuse au monde de l'art à Tarragona".

JAIME LOPEZ
Directeur de l'art durable
Commissaire d'exposition
Barcelone

"J'ai toujours pensé qu'un espace comme La Galeria d'Art La Cathedrale de Tarragona était nécessaire dans cette ville, et je considère qu'il s'agit d'une sage décision de la part de son fondateur.
J'ai eu le plaisir de suivre un peu son processus créatif et d'admirer une partie de la collection privée de la galerie, qui est exposée dès les premiers jours d'ouverture.
La galerie dispose des avancées les plus modernes en termes d'éclairage et de son, ses deux salles en font un espace très compétent et efficace pour toute exposition ou événement.
Cette galerie donnera beaucoup de vie à l'art à Tarragona et des opportunités à de nombreux artistes de différents styles".  
 
ANTON EGUIGUREN
Artiste peintre et photographe

20- DDDD Sala de Video.jpg

La Galerie La Catedral inaugure sa première exposition avec des œuvres qui ne font pas partie de la collection du fonds d'art propre de la galerie et commence par une exposition collective qui promet de capter l'attention des amateurs d'art et des curieux. Cette exposition rassemble le travail de 18 artistes, 10 hommes et 8 femmes, avec un dénominateur commun : ils sont nés à Tarragone vers les années 1950. Ce groupe d'artistes éclectiques, malgré la diversité des intérêts qui les anime, cultive la technique de la peinture. , qui est l’élément fédérateur de l’exposition.
Les artistes participants représentent un large éventail de styles et de techniques, de l'expressionnisme au surréalisme, en passant par la figuration et l'abstraction. Bien que la peinture soit le médium prédominant utilisé pour exprimer leurs visions artistiques, ils ont parfois exploré également d'autres techniques d'expression telles que la gravure, la sculpture ou la photographie, souvent en lien avec le territoire et le paysage des comtés de Tarragone. Un lien qui, s'il n'est pas évident dans les thèmes, est présent dans la texture ou les couleurs, avec les bleus de la mer, les verts des pinèdes et les ocres des façades, des allées et des pierres.
Parmi les participants à l'exposition figurent Xavier Aluja, Myriam Arnold, Teresa Baena, Claudio Bonachí, Emma Dominguez, Tito Figueras, Eduard Fortuny, Ethel Marti, Màrius Masip (Màrius Art), Carmen Pi, Jaume Queralt, María Jose Ripoll, Vicky Roldan. , Josep María Rosselló, Pere Joan Salas, Maria José Sánchez Iranzo, Antoni Tomàs Torne et Tomàs Valls Bigorra. Tous sont des artistes actifs reconnus, souvent avec un atelier ouvert dans la ville de Tarragone. Chacun des participants a sélectionné une œuvre avec laquelle il se sent représenté et qu'il expose à cette occasion spéciale.
L'ensemble offre une vision variée et enrichissante de la création artistique d'une génération, celle des années cinquante et du début des années soixante, avec un canon qui recherche des compositions bien étudiées, avec des lumières, des ombres, des pénombres et des couleurs changeantes, avec un coup de pinceau libre dans certains cas ou plus étudiés dans d'autres, qui définit des formes et des champs de couleurs qui se rapportent les uns aux autres, dialoguant de manière juxtaposée ou complémentaire.
En plus de leurs propres expériences et expériences personnelles, le travail de ces créateurs reçoit également l'impact et l'inspiration des générations précédentes d'artistes du Camp de Tarragone. Dans une liste, dressée plus au crayon que ce que vous souhaiteriez, nous devrions inclure Francesc Todó, Teresa Llàcer, Magda Folch, Antoni Gonzalo Lindín, Josep Icart, Antoni Pedrola, Josep Sancho Piqué, Josep Nogué, Lluís M. Saumells, Ferran Arasa. , Francesc Gimeno, Daniel Argimon, Mariano Rubio ou Josep Maria Morató Aragonès. En réfléchissant parmi les pièces de l'exposition, vous retrouverez leurs influences - tantôt plus évidentes, tantôt plus subtiles, parfois simplement le résultat du point de vue poétique et subjectif de ce critique - dans le traitement de la lumière et de la couleur, dans le caractère nettement figures horizontales et stylisées. Il convient également de noter l'inclusion de diverses formes abstraites pour représenter des éléments entièrement ou partiellement réels : ici les points de contact avec Gonzalo Lindín, Pedrola ou Icart sont plus évidents.
L'exposition soulève également des questions plus larges sur le sens et la nature de la création dans le contexte contemporain. Avec l'utilisation massive et parfois aveugle du terme « création » dans des secteurs comme le marketing et la culture populaire, un débat s'ouvre sur son véritable sens et sa valeur. Dans un contexte où la culture, l'art et d'autres aspects de la vie quotidienne ont été commercialisés et effondrés pour devenir de simples marchandises, nous, les utilisateurs, recevons le produit final, l'œuvre réalisée, sans avoir aucune trace d'où vient, le lieu et le créateur sont des accessoires, l'art et la création en général sont dépersonnalisés. L'exposition que nous propose la Galeria La Catedral explore d'autres voies plus subtiles, où la proximité, le contact avec l'auteur et le processus, ont une valeur clé. Comme le dit Ezequiel Soriano (dans "Tout d'abord, comment sont les machines ?" publié dans la revue CCCB Lab du 10 octobre 2023), "Il existe une manière de comprendre la créativité qui ne se base pas sur l'objet final ni qui n'est associée à l'idée de faire quelque chose d'innovant ou d'original, qui permet de penser l'art au-delà de soi, de l'auteur et des logos. Cette forme de créativité n'est pas liée au faire mais à l'expérience ; au lieu d’être défini par la création d’un produit, il est défini par ce qu’il y a de intrinsèquement créatif dans la vie ».

Cette exposition inaugurale sert non seulement de plateforme de diffusion de ces talents locaux, mais représente également un moment de réflexion et de célébration de l'art et de la culture à Tarragone. C'est l'occasion pour le public de s'immerger dans les différentes expressions de la créativité et de l'imaginaire, et de se connecter avec la riche tradition artistique locale. En définitive, cette exposition, qui est aussi un hommage au savoir-faire et à la persévérance, met en lumière l'importance de l'art comme moyen de communication, d'expression et de réflexion dans le monde d'aujourd'hui.

MARIUS DOMINGO
Critique d'art et commissaire indépendant.
Membre de l'ACCA (Association Catalane des Critiques d'Art) et de l'AICA (Association Internationale des Critiques d'Art)

bottom of page